photo J.M.-D.
photo J.M.-D.

press to zoom
photo J.M.-D.
photo J.M.-D.

press to zoom
3;.jpg
3;.jpg

press to zoom
photo J.M.-D.
photo J.M.-D.

press to zoom

"GARONNE IN ABSENTIA"

Paru le 7 octobre 2021

La Garonne, c’est un monde, quasiment une mer, et quand bien même ne le serait-elle pas tout à fait, il y roule toujours une femme. "Garonne in absentia" en est le roman. Au premier abord, le livre se présente comme celui d’un couple qui décide d’abriter sa passion le plus possible à l’écart de la société et de son commerce. Le domaine de Labrune, une folie Second Empire aux fondations bien plus anciennes, est à l’abandon quand Jean et Mathilde l’acquièrent. Riches de leur enthousiasme, ils se chargent de la retape. Pendant quelques années, le sauvetage de la propriété s’effectue dans l’euphorie. Mais le quotidien, d’abord imperceptiblement, puis avec une irrépressible violence, enferme chacun dans son angoisse et sa névrose. Le récit souligne comment la guerre des sexes vouant ses protagonistes à la démence est tributaire de l’Histoire : sous le poids du passé et la menace d’un gigantesque tulipier de Virginie, le couple se défait. Et à de premiers silences succèdent une croissante incompréhension. Puis, « ensemble séparés » dans la besogne professionnelle et les obsessions qui les habitent, ils se retranchent chacun dans une bulle, l’un s’épuisant à donner corps à une utopie, l’autre s’enfonçant dans la dépression et la neurasthénie. La barque de l’amour se brise contre la vie courante… Ce faisant, au fil des pages, "Garonne in absentia" installe le fleuve en majesté : changeant de couleurs au fil de la journée et des courants, dans ses limons il charrie la matière dans laquelle sont pétris les rêves et les tragédies qui emportent et submergent toujours les hommes. Creusant et remodelant sans cesse un lit et des rives qu’une plante invasive, la renouée du Japon, colonise, il est comme le Congo et d’autres rivières africaines l’image même du temps et de l’arasement qu’il suppose. Cette Garonne indomptée, puissante, sauvage qu’à part de rares exceptions les écrivains ont négligé de décrire et de chanter trouve ici son poème.

Bordeaux, librairie "La Mauvaise Réputation" (rue des Argentiers),

vendredi 22 octobre, à partir de 18h00 :

Présentation-signature dédicace.